V I N C E N T   R A U E L
︎ ︎
︎︎︎ ︎
︎ ︎
︎ ︎
︎︎︎ ︎



























© Copyright
VINCENT RAUEL I 2022.
All Rights Reserved.

No image on this website may be reproduced without the authorization of the artist.


R E S E A R C H  /  P h D




Cette rubrique présente le fruit d’une recherche en cours, initiée en octobre 2021. 
Elle vise à rendre accessible un travail de documentation et d’expérimentation plastique qui s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en Arts (Histoire, Thorie, pratique), menée au sein de l’Unité de Recherche ARTES 24141 de l’Université Bordeaux Montaigne.







LE SUJET  

Ce projet de recherche action en arts plastiques, intitulé Tropisme tropical et mobilités du voyageur hypermoderne, l’expérimentation plastique à l’épreuve du tourisme et du terrain, vise à étudier les mobilités des voyageurs, et plus spécifiquement des artistes, en milieu tropical dans un contexte hypermoderne postpandémique.
Il nous conduira sur des terrains d’études basés en Afrique de l’Ouest, aux Antilles et dans l’Archipel des Mascaraignes au coeur de l’Océan Indien.  



LES PISTES DE RECHERCHE

            Premièrement, il s’agit d’interroger les postures créatives adoptées par les artistes voyageurs tout en engageant une réflexion sur les mobilités nord / sud et sud / sud, afin de cerner les motivations qui initient des mouvements de population et plus spécifiquement de créateurs à destination des tropiques.

Plus concrètement, il est question d’étudier plastiquement l’impact de flux humains sur des territoires d’accueil. Il s’agit aussi d’observer, d’étudier, de rendre compte de particularités et de caractéristiques, distinctes ou communes, de terrains ciblés liées aux phénomènes de mondialisation et de globalisation. L’un des buts recherchés est d’élaborer un langage visuel et des protocoles de création efficients dans le cadre d’enquêtes de terrain.

Cette approche spécifique de la pratique plastique sera envisagée sous un angle pluridisciplinaire favorisant le dialogue et l’emprunt de méthodes de travail propres aux anthropologues, ethnologues, architectes, urbanistes et géographes. Les technologies de l’information et de la communication feront l’objet d’une attention particulière et seront mises au service d’expérimentations plastiques variées. Nous interrogerons la façon dont les TIC ont modifié les modalités de déplacement et de création.
Ce projet de recherche et les pistes qui sont avancées impliquent donc les questions qui sont développées ci-contre : 





La posture adoptée par « l’artiste voyageur » s’apparente-t-elle à celle du touriste contemporain héritier du Grand Tour, où plutôt à celle du chercheur en sciences humaines auquel il emprunte régulièrement méthodes et concepts ?
Le tropisme qui impulse une infinité de mobilités à visées créatives est-il le signe positif d’une envie du monde ou le symbole d’une usure du monde ?
Quelle est son évolution post-pandémique ? S’apparente-t-il à un phénomène lié à l’impact des activités humaines sur la planète réunies sous le concept discuté d’anthropocène?
À l’ère de la mondialisation et de la globalisation, l’enquête de terrain soumise à une approche créative permet-elle d’observer, d’étudier, et de rendre compte de spécificités propres à des territoires ciblés ? 
Fait-elle au contraire état de phénomènes d’uniformisation caractéristiques et repérables à l’échelle planétaire ?
Peut-on élaborer un langage visuel et des protocoles de création efficients fondés sur une approche pluridisciplinaire qui se réapproprie des méthodes propres à l’anthropologie, l’ethnographie, la géographie, l’urbanisme et à l’architecture ? Comment la démocratisation des technologies de l’information et de la communication a-t-elle modifié les manières de voyager et de créer ?
Enfin, comment rendre ces outils valides, légitimes et utilisables dans le champs des expérimentations plastiques ?


︎︎︎ https://www.mobydickproject.com





︎   P O U R   A L L E R  P L U S  L O I N  :







This section presents the fruit of ongoing research that was initiated in October 2021. It aims to make accessible a work of documentation and plastic experimentation which is part of a doctoral thesis in Arts (History, Theory, practice), carried out within the ARTES 24141 Research Unit of Bordeaux Montaigne University.


THE SUBJECT

Tropical tropism and mobilities of the hypermodern traveller,
plastic experimentation put to the test of tourism and the study area.


This action research project in visual arts aims to study the mobility of travellers, and more specifically of artists, in a tropical environment in a hypermodern post-pandemic context.
It will take us to study sites based in West Africa, the West Indies and the Mascaraignes Archipelago in the heart of the Indian Ocean.



RESEARCH TRACKS
 

    First, it is a about questioning the creative postures adopted by traveling artists while engaging in a reflection on north / south and south / south mobility, in order to identify the motivations that initiate movements of people and more specifically of creators to destination of the tropics.

More concretely, it’s a question of  creatively studying the impact of human flows on host territories. It’s also a question of observing, studying, reporting on the particularities and characteristics, distinct or common, of the targeted areas linked to the phenomena of globalization and globalisation. One of the goals is to develop a visual language and efficient creation protocols in the context of field investigations.

This specific approach to artistic practice will be considered from a multidisciplinary angle encouraging dialogue and the borrowing of working methods specific to anthropologists, ethnologists, architects, town planners and geographers. Information and communication technologies will be the subject of particular attention and will be put to use in various creative experiments. We will question the way in which ICTs have modified the modes of movement and creation.
This research project and the avenues that are put forward therefore involve the questions that are developed below :



Is the posture adopted by the "traveling artist" similar to that of the contemporary tourist heir to the Grand Tour, or rather to that of the researcher in the human sciences from whom he regularly borrows methods and concepts?
Is the tropism that drives an infinity of mobility with creative aims the positive sign of a desire for the world or the symbol of a wear and tear on the world?What is its post-pandemic evolution?
Is it similar to a phenomenon linked to the impact of human activities on the planet united under the discussed concept of the anthropocene?
In the era of globalization and globalization, does the field survey subject to a creative approach make it possible to observe, study, and report on specificities specific to targeted territories?
On the contrary, does it state phenomena of standardization that are characteristic and identifiable on a planetary scale?

Can we develop a visual language and efficient creation protocols based on a multidisciplinary approach that reappropriates methods specific to anthropology, ethnography, geography, urban planning and architecture?
How has the democratization of information and communication technologies changed the ways of traveling and creating?
Finally, how can these tools be made valid, legitimate and usable in the field of plastic experimentation?